Программа вступительного экзамена по французскому языку в аспирантуру




Скачать 38.77 Kb.
Дата26.02.2016
Размер38.77 Kb.
c:\users\asp\documents\scanto\document_16.tif

ПРОГРАММА



вступительного экзамена

по французскому языку в аспирантуру

филологического факультета
Французский язык – один из наиболее важных средств международного общения. Знание французского языка совершенно необходимо для специалистов-гуманитариев, особенно для филологов.

Поступающие в аспирантуру должны обладать знаниями, позволяющими им понимать литературу на французском языке по лингвистике и литературоведению, вести беседу на профессиональные темы, а также владеть навыками бытового общения в пределах изученного языкового материала и в соответствии с выбранной специальностью.



Требования к поступающим в аспирантуру

Поступающие в аспирантуру должны:

1.Знать орфоэпические нормы французского языка и владеть ими.

2.Владеть навыками чтения по филологической проблематике.

3.Владеть навыками адекватного перевода французского текста на русский язык.

4.Знать и правильно употреблять основные грамматические формы и конструкции французского языка.

5.Понимать на слух диалогическую речь по специальности, иметь страноведческие знания, необходимые для адекватного понимания текста.

6.Вести беседу как по общей филологической тематике, так и в связи с профилем научной деятельности поступающего.



Структура приемного экзамена

1. Письменный перевод со словарем текста по специальности (лингвистического или литературоведческого) с французского языка на русский. Объем текста 2500 печ. знаков. Время на подготовку 60 мин.

2. Чтение и устный перевод без словаря текста по специальности объемом до 1000 печ. знаков. Время на подготовку 10 мин.

3. Беседа на французском языке по вопросам, связанным с научной работой и специальностью поступающего в аспирантуру.




Литература

1.Громова Т. Н., Малышева Н. И. «Французский язык для начинающих», Издательство Московского университета (любое издание).

http://www.philol.msu.ru/~fraphil/bibliotheque-en- ligne/gromovamalyshevakliueva_france-v10.pdf

2.Кузнецова И. Н. «Сопоставительная грамматика французского и русского языков», М.: Nestor Academic, 2009.

3.Мошенская Л. О., Дитерлен А. П. «Французский язык. Учебник для начинающих», М.: Высшая школа, 2003

4. Попова И. Н., Казакова Ж. А. «Грамматика французского языка. Практический курс» (любое издание)



5.Никольская Е.К. и Гольденберг Т.Я.« Грамматика французского языка», М.: Высшая школа (любое издание)

6.Скрелина Л.М.«Хрестоматия по теоретической грамматике французского языка». Л., 1980

7 Шаркова В. А. «Lexicologie française: recueil de textes», Л., 1972

8. Delatour Y., Jennepin D., Léon-Dufour M., Mattlé-Yeganeh A., Teyssier B. Grammaire du français. Cours de civilisation française de la Sorbonne. P., 1991.

9. Cadoit-Cuilleron J., Frayssinhes J.-P., Klotz L., Lefebre du Preÿ N., de Montgolfier J. Grammaire. Cours de civilisation française de la Sorbonne. 350 exercices. Niveau supérieur I. P., 1992.

10. Beaujeu C.-M., Carlier A., Mimran ar., Tones M., Vrillaud-Meunier J. Grammaire. Cours de civilisation française de la Sorbonne. 350 exercices. Niveau supérieur II. P., 1992.

11. Dubois J., Lagane R., Niobey G., Casalis D., Casalis J., Meschonnic H. Dictionnaire du français comtemporain. P., 1971.

Образцы текстов экзамена по французскому языку

1.Письменный перевод со словарем текста по специальности – лингвистического (a) или литературоведческого-(b)

a) DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE INTRODUCTION

Le Dictionnaire étymologique que nous publions aujourd'hui a été rédigé à l'intention du public non spécialiste.

On ne trouvera ici que le vocabulaire usuel du français contemporain au sens large du mot; ce vocabulaire comprend de nombreux mots techniques, auxquels l'usage et la langue écrite donnent une diffusion. On a écarté les mots archaïques, conservés dans les dictionnaires comme témoignages de la langue des grands siècles de notre littérature, mais sortis de l'usage; toutefois nous avons maintenu ceux de ces mots qui sont encore de quelque emploi dans la langue littéraire ou ceux qui expriment des notions historiques connues, tels que fief, leude, etc. On a en outre écarté les mots appartenant à des techniques périmées ou employés par les seuls techniciens. Ces mots dont les dictionnaires fourmillent offrent peu d'intérêt pour le lecteur non spécialiste, qui souvent ne les connaît pas; de plus, l'histoire en est fréquemment mal connue et l'étymologie en conséquence obscure. Les spécialistes qui ont quelque raison de les étudier les trouveront dans des recueils plus complets que le nôtre. Par contre, nous avons accueilli beaucoup de termes du français populaire, usuels dans la langue parlée, bien qu' ayant à peine trouvé place dans les dictionnaires; mais nous laissons de côté l'argot proprement dit, souvent passager, et qui pose des problèmes délicats ou insolubles dans l'état de nos connaissances. Notre choix soulèvera des critiques: on regrettera l'absence de tel mot, on jugera inutile la présence de tel autre. Il fallait choisir, et, en cette matière, tout choix comporte de l'arbitraire.

La définition des mots n'est pas donnée: un dictionnaire étymologique n'est pas un dictionnaire de l'usage.

Nous supposons que celui qui consultera notre ouvrage aura sous la main un dictionnaire courant où il trouvera les sens dont nos articles exigent la connaissance. Nous n'avons fait exception à cette règle que pour quelques cas particuliers ou pour distinguer les homonymes. En ce cas même, notre définition ne donne que les indications nécessaires pour distinguer ces homonymes. Le mot est envisagé dans ses sens fondamentaux; les acceptions techniques ne le sont que quand elles demandent des explications.

Notre méthode est historique: l'étymologie ne consiste que dans l'histoire des mots et des notions qu'ils expriment. Cette méthode a fait ses preuves. Loin d'avoir la prétention de la renouveler, nous avons essayé de l'appliquer avec le plus de rigueur possible. Trop de gens croient que faire l'étymologie d'un mot, c'est l'interpréter, le rapprocher d'un mot d'une autre langue avec une ingéniosité plus ou moins subtile; c'est à leurs yeux à peu près un jeu de devinettes. Or, plus une étymologie est une devinette, moins elle a d'intérêt, faute de preuve. Bien entendu, on ne confondra pas avec cette méthode ou plutôt cette absence de méthode l'hypothèse fondée sur l'examen des faits donnés; la valeur d'une hypothèse est relative, mais on ne peut s'en passer.

Etablir l'étymologie d'un mot, c'est, dans la mesure du possible, faire l'histoire de ce mot, c'est mettre en évidence les conditions particulières de sa présence dans la langue et les faits de civilisation auxquels cette présence répond.
b) Le théâtre d'«avant-garde»

Dans le théâtre français les auteurs d'«avant-garde» occupent une place tout â fait à part. Les représentants les plus marquants de cette tendance sont Samuel Beckett, d'origine irlandaise, et Eugène Ionesco, d'origine roumaine.

Le théâtre d'«avant-garde», appelé aussi, non sans raison, le «théâtre de l'absurde», est un produit caractéristique de la période qui suivit la guerre et de l'incertitude et du pessimisme répandus parmi une partie des intellectuels, état d'esprit provoqué par l'atmosphère de la «guerre froide» avec sa menace atomique et par les événements dramatiques qui marquèrent l'histoire de la France dans les dernières décennies. Ce théâtre nie aussi bien le «bon sens » dénué de fondement, d'une bourgeoisie qui va vers une faillite spirituelle, que les généralisations et les slogans périmés à l'aide desquels la bourgeoisie contemporaine tente de voiler son indigence idéologique. Cependant, faut-il vraiment y voir une tentative de critique en profondeur de la société contemporaine ou quelque chose de politiquement actuel, comme l'affirment certains critiques? Les auteurs d'«avant-garde» rejettent la raison et la possibilité d'organiser la société sur les bases rationnelles; ils prêchent «l'absurdité» de tous les efforts humains quels qu'ils soient et dépeignent l'homme comme impuissant et sa vie comme privée de tout but. En présentant les conditions de l'existence humaine en dehors du temps et de l'espace, ils tendent vers une certaine généralisation.

Sur le plan strictement scénique, le théâtre d'«avant-garde» abandonne les formes habituelles et la plupart des pièces de cette tendance sont dépourvues d'action au sens étroit du mot.

Ce fut la deuxième pièce de Samuel Beckett, En attendant Godot écrite en 1950 et créée en 1953, qui lui apporta la renommée. Les «héros» de la pièce, deux vagabonds, Vladimir et Estragon, sont assis au bord de la route où ils attendent un certain Godot qui restera invisible jusqu'au bout de la pièce. Qui est Godot? pourquoi l'attend-on? Personne ne le sait, mais la pièce apparaît comme une constatation de la monstruosité des rapports dans le monde actuel. Dans l'attente de ces deux pitoyables vagabonds, on peut déceler le pressentiment d'une sorte de «lendemain», de changements possibles. Cependant, il n'y a point d'avenir et le monde est comme pris dans un engrenage absurde. Toute action et tout mouvement est absent de la pièce en un acte Fin de Partie. Des personnages dégénérés et malades répètent indéfiniment les mêmes gestes automatiques. Il n'y a presque plus rien d'humain en eux; c'est la capitulation totale devant la vie. En plaçant ses «héros» en dehors du temps, Beckett tente de donner à son théâtre une portée générale, valable pour l'humanité entière. De pièce en pièce, c'est au fond toujours les mêmes personnages qui réapparaissent, évoluant dans une. même atmosphère d'absurde, oppressante et lugubre. Il en est ainsi dans les pièces La Dernière Bande et Oh! les Beaux Jours qui doivent proclamer l'extinction définitive de toute vie.

Les œuvres de Beckett contiennent une négation catégorique de toutes les valeurs spirituelles, une désintégration totale de la personnalité humaine, qui non seulement est privée de toute liberté, mais n'en éprouve même pas le besoin.




2. Чтение и устный перевод без словаря текста по специальности лингвистического (a) или литературоведческого-(b)

a) La phrase nominale

On appelle phrase nominale une phrase sans verbe, par opposition à une phrase verbale. Cette phrase peut être déclarative (Fin de l'épisode), interrogative (Les toilettes?) ou impérative (Vos papiers!). La phrase nominale est particulièrement utilisée dans les énoncés exclamatifs : Génial ce film!

L'absence de verbe prive la phrase nominale du terme qui assure normalement la prédication et l'ancrage situationnel. Le statut de la phrase nominale diffère donc de celui de la phrase verbale. En ce qui concerne l'ancrage situationnel, E. Benveniste considère que la phrase nominale constitue une assertion «intemporelle, impersonnelle, non modale», ce qui la rend apte à exprimer une «vérité générale», comme en grec ancien, en latin et en sanskrit. Mais on peut observer qu'en l'absence de verbe, la phrase nominale est avant tout sensible aux variations de la situation d'énonciation particulière. Celle-ci est le plus souvent indispensable pour donner à la phrase nominale sa valeur référentielle spécifique. Ainsi, la phrase nominale pourra, selon son rapport avec l’énonciation, prendre une valeur générale ou au contraire particulière.

Pour la prédication, l'absence de verbe n'implique pas automatiquement l'absence de prédicat: le rôle du verbe est assuré par d'autres moyens. Il est nécessaire de distinguer les phrases nominales constituées d'un seul terme (Mes bijoux!) et celles comportant deux termes (Chauds, les marrons !)

Dans le premier cas, la phrase nominale n'est pas autonome, mais le récepteur doit s'appuyer sur le contexte ou sur la situation d'énonciation pour l'interpréter et pour savoir si le terme unique constitue un argument ou un prédicat. Dans le second cas, le rôle de prédicat est assuré par l'un des deux termes.

b) VOLTAIRE ET LE GENRE DU CONTE

Voltaire n'a jamais donné de définition du conte. Si nous feuilletons les diverses éditions de ce qu'on appelle les contes de Voltaire, nous apprenons que Babouc une « vision » , Zadig une « histoire orientale ». Dans les premières éditions des œuvres complètes, les contes sont, au milieu de fragments divers, groupés sous le titre de Mélanges d'histoire et de philosophie. Ce n'est qu'à l'édition de 1768 qu'on trouvera le titre de Romans, contes philosophiques, qui indique, finalement, l'unité philosophique de ces écrits, tout en les rattachant à une tradition littéraire. En effet, le conte de Voltaire est traditionnel par nombre de ses aspects. L'action, à la différence da la nouvelle, y repose sur une longue série d'aventures; à la différence du roman, ces aventures sont schématisées, mais dans un dessein précis : dépayser le lecteur, styliser la réalité pour l'instruire. Les personnages, à la différence de la nouvelle, y sont nombreux, mais, contrairement au roman, ils se voient simplifiés, grossis et ont rarement une existence réelle. La vraisemblance n'est pas respectée (cette notion classique n'a d'ailleurs pas de sens dans l'esthétique du conte) : les événements trouvent leur justification par rapport à la logique de l'imagination de l'auteur.



Mais le conte voltairien est autre chose encore. Que Voltaire ait laissé si longtemps en attente l'intitulé de ses œuvres témoigne de l'originalité qu'il leur sentait. C'est donc en regard de ce que recouvraient à l'époque les mots conte et roman qu'il faut chercher une définition.

Selon l’Encyclopédie, en 1754, le conte est « un récit fabuleux, en prose ou en vers, dont le mérite principal consiste dans la variété et la vérité des peintures, la finesse et la plaisanterie, la vivacité et la convenance [...]. Son but est moins d'instruire que d'amuser. » De son côté, Diderot affirme dans son Éloge de Richardson, que l'oeuvre romanesque est « jusqu'à ce jour un tissu d'événements chimériques et frivoles, dont la lecture est dangereuse pour le goût et pour les mœurs ».


База данных защищена авторским правом ©uverenniy.ru 2016
обратиться к администрации

    Главная страница